Ssilhouettes

La Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton

manquerlacible

Texte de réflexion par Raymond Blanchard, agent de recherche et projets.

OK, ça fait que le gouvernement provincial a « annoncé » la semaine dernière qu’il avait raté ses cibles pour la première année de son programme de gratuité scolaire, le Programme d’aide aux études, ou PAÉ.

Un programme de gratuité qui rate sa cible? Ben voyons donc!

Expliquons les guillemets en ouverture : ce n’est bel et bien pas le gouvernement qui a fait l’annonce – rapport que, côté publicité, y’a mieux – mais bien l’Acadie Nouvelle, dans un article du journaliste Pascal Raîche-Nogue (Acadie Nouvelle). Le ministre Donald Arseneault a fourni les chiffres présentés.

En lançant PAÉ l’année dernière, le gouvernement nous disait :

« On prévoit que 7100 étudiants pourront bénéficier immédiatement de ce programme, ce qui représente environ 23 pour cent des étudiants du Nouveau-Brunswick fréquentant les établissements postsecondaires publics de la province. Plus de 50 pour cent des étudiants qui feront une demande d’aide financière seront admissibles à ce programme. » (GNB)

Mais dans les faits, la réalité s’avère plutôt différente – très, trop différente.

D’abord, il faut chercher à comprendre comment le gouvernement en serait arrivé à ses prévisions. On comptait 19 394 étudiants dans les universités publiques du N-B en 2015-2016; cependant, pour demeurer réalistes, nous devrions nous limiter aux inscriptions à temps plein, qui étaient au nombre de 16497 (CESPM).

Et le nombre doit encore diminuer, car seuls ceux originaires du N-B sont éligibles au PAÉ. On comptait 12 736 étudiants originaires du N-B qui étudiants dans nos universités publiques en 2015-2015, dont 11 506 au premier cycle (CESPM). Comme le PAÉ est un programme d’accessibilité, c’est sa population-cible. Là encore, nous savons que seulement deux tiers à trois quarts des étudiants auront un prêt étudiant; alors en principe, de 7593 à 8629 étudiants auraient été éligibles au programme.

Dans son rapport annuel 2015-2016, le CCNB rapporte 7884 inscriptions. Mais seulement 2422 étudiants étaient inscrits en formation régulière, et on doit retrancher 206 étudiants internationaux qui ne seraient pas éligibles au programme provincial d’aide financière, ce qui nous en laisserait 2216 (CCNB). Du côté anglophone, le NBCC comptait 3796 étudiants en formation régulière et 2165 autres dans les autres programmes (comme la formation continue) pour un total de 5934 inscriptions. Gardons celles des programmes réguliers, moins 92 étudiants internationaux, soit 3704 étudiants (NBCC). Évidemment, d’un côté comme de l’autre, il s’ajoute des étudiants en formation continue, des apprentis qui viendraient gonfler les chiffres, mais qui sont moins susceptibles de recevoir un prêt étudiant.

Nous aurions donc 5920 candidats potentiels pour le PAÉ du côté collégial. En appliquant la même règle des deux tiers à trois quarts (car c’est la seule dont nous disposons même s’il y a lieu de douter qu’elle s’applique uniformément) on peut réduire ce chiffre pour obtenir un total situé entre 3907 et 4440 étudiants.

Tout ça signifie que, lorsque le gouvernement a produit ses estimés, on pouvait croire de manière réaliste que de 11 500 à 13 069 étudiants recevraient un prêt. De ce nombre, d’après les calculs du gouvernement, il était estimé que 50% des récipiendaires d’aide financière seraient éligibles au programme, ce qui nous donnerait de 5750 à 6534 bénéficiaires.

Il y a loin de la coupe aux lèvres, vous en conviendrez.

Si on prend toutes les inscriptions au 1er cycle universitaire et au collège, on obtient 30 315 étudiants. 7100 bénéficiaires représentent 23% de 30 869 étudiants, alors on s’approche : il manquerait encore 554 inscriptions, qui peuvent être une prévision de hausse en raison du PAÉ. Mais il serait malhonnête – ou idiot – de prendre ces chiffres, surtout quand on est l’organisme qui octroie les prêts. Nous estimons qu’une prévision réaliste aurait été plus près de 6100 que de 7100 bénéficiaires. Et même là, on la ratait!!!

Rappelons qu’en l’absence de données officielles, nos estimés ont leurs limites.

Les chiffres rapportés par le ministre de l’éducation postsecondaire sont inquiétants pour trois raisons:

1) Comment le gouvernement, qui dispose de tous les chiffres nécessaires, peut-il tomber aussi loin de sa propre cible? 4952 bénéficiaires, c’est environ 70% des 7100 escomptés. Aurait-on oublié que seuls les récipiendaires de prêts sont éligibles au PAÉ? On se le demande, mais les indices pointent dans ce sens.

2) 4952 étudiants, ça représente seulement 36% des 13 369 demandes d’aide financières traitées par la province cette année – alors que le gouvernement disait que « plus de 50% des demandeurs qui feront une demande seront admissibles à ce programme » le printemps dernier. Qu’est-il arrivé? Encore une fois, venant du ministère qui a tous les chiffres nécessaires à portée de main, ça me parait inexplicable, sinon inexcusable.

3) Au lieu des 25 millions prévus au dernier budget (et qui représentent déjà des coupures de plus de 50% dans l’aide financière aux étudiants selon la CBC) ce sont 18 millions$ qui ont été distribués dans le cadre du PAÉ. C’est dire que le gouvernement a laissé 7 millions en aide financière disponible sur la table. Considérant que les bénéficiaires du PAÉ auront reçu en moyenne 3634$ chacun, ça aurait permis au programme d’aider 1926 étudiants supplémentaires (pour ceux qui calculent, 6878, c’est encore moins que 7100).

Et qu’est-ce qui arrive à l’argent qui reste sur la table en général, je vous le demande?

Espérons que M. Arseneault saura s’assurer que les étudiants du Nouveau-Brunswick ne perdent pas davantage d’aide financière au dépôt du prochain budget. Par exemple, en permettant aux étudiants de familles au revenu supérieur à 60 000$ de bénéficier d’une partie de l’aide financière disponible. Il a déclaré « peut s'attendre à ce qu'une attention particulière soit portée à l’éducation postsecondaire » lors du prochain budget, mais sachant son penchant – et celui du gouvernement – pour les projets d’infrastructure, ça peut vouloir dire n’importe quoi ou presque.

Alors est-ce que le PAÉ était d’abord un coup publicitaire et ensuite un programme d’aide? Si on se remémore les événements, les louanges du début se sont rapidement évanouies : à mesure que les détails du PAÉ furent révélés, elles cédèrent le pas aux inquiétudes, puis aux critiques. Le programme semblait bâclé pour cause d’être lancé trop rapidement (CBC). Est-on si pressés de se faire aimer que l’on serait prêt à mentir?

D’ailleurs la ministre de l’époque a plaidé l’ignorance quant à la structure du plan de l’Ontario, après s’être vantée d’offrir un programme plus généreux. Regardez l’entrevue [à 4:20], ça vaut vraiment le coup (CBC).

Son successeur a ouvert la porte à l’amélioration du PAÉ, advenant une hausse des fonds disponibles (CBC). Je pense que les fonds sont là : à lui de les y investir. Une chose est sûre, le besoin de changements au PAÉ semble démontré, et le moment est venu de mettre la main à la pâte.

Enfin, on entrevoit deux raisons pour que le PAÉ ait raté ses cibles : de un, on a peut-être oublié d’inclure certains facteurs quand on a fait les calculs, ou de deux, les personnes en charge manquent de visou.

Sans ça, on essaie de nous rouler dans la farine.

Texte de réflexion - aucune position officielle du C.A. de la FÉÉCUM ne devrait en être nécessairement interprétée.

Services

icon salles

Les étudiant.e.s du Centre universitaire de Moncton peuvent réserver gratuitement une salle de conférence au Centre étudiant.

icon nutrition
« Je cuisine simplement » de Julie-Ann Michaud - gratuit en versions ebook et .pdf

icon bar

La FÉÉCUM (à travers Gestion Osmose Inc.) gère deux bars étudiants - Le Coude et Le Soixante-trois.

img teaser footer

Nous joindre

Heures de bureau de la FÉÉCUM
De 8h à 16h du lundi au vendredi
Local B-101 du Centre étudiant

Adresse postale
La Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton
Centre étudiant
Centre universitaire de Moncton
Moncton, NB
E1A 3E9

Téléphone: 506-858-4484
Télécopieur: 506-858-4503

Contactez un membre
de l'équipe


Silhouette

Nos partenaires

 MAUI             frontcommun