La Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton

Le 10 avril 2018

La Fédération des étudiantes et des étudiants du campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM) et la Fédération des jeunes francophones du Nouveau-Brunswick (FJFNB) demandent à l’Université de Moncton d’expliquer ses intentions par rapport aux frais de scolarité pour l’année 2019-2020, et ce, lors de la réunion du conseil des gouverneurs du samedi 14 avril prochain. Le budget 2018-2019 de l’Université de Moncton doit être adopté lors de cette réunion.

L’Université de Moncton a, tout comme l’Université de Nouveau-Brunswick et l’Université Mount Allison, signé en janvier dernier une entente de financement pour quatre ans avec le gouvernement provincial. Cette entente stipule  que : « Les universités peuvent entreprendre un examen des droits de scolarités dont les résultats ne seraient mis en œuvre qu’en 2019-2020 et ne toucheraient que les nouveaux étudiants inscrits en 2019-2020. »

En conséquence, l’Université du Nouveau-Brunswick (UNB) propose des hausses allant  de 7 à 32% par programme, pour une hausse moyenne de 20% des frais de scolarité pour l’année 2019-2020.

Il est de notre avis que cette hausse est largement due au sous-financement des universités publiques par le gouvernement, car les subventions de fonctionnement des universités n’augmenteront que de 1% par année pendant les trois premières années, puis de 2% en 2020-2021.

La FÉÉCUM s’inquiète du manque de vision à long terme de la part l'Université concernant les frais de scolarité après la fin de cette entente, soit pour la cohorte d’étudiant.e.s de 2019-2020.

« Tous nos signaux d’alarme sont au rouge, souligne le président de la FÉÉCUM, Alexandre Cédric Doucet. Ayant reçu les documents confidentiel du prochain budget, qui seront adopté samedi, il y a plusieurs points qui sont très alarmants et qui semblent pousser l’Université de Moncton dans la même direction que UNB. Le but de cette entente était d’avoir des frais de scolarité prévisibles, mais pour l’instant, nous n’avons aucune indication concrète de ces frais à compter de 2019.  »

Pour la Fédération des jeunes francophones du Nouveau-Brunswick (FJFNB), cette situation est également alarmante, puisque leurs membres sont les étudiant.e.s qui seront touchés par cette possible hausse massive à partir de 2019.

« C’est certain que c’est inquiétant pour nos membres car une telle augmentation engendrerait des défis quant à l'accessibilité aux études universitaires en français au Nouveau-Brunswick » : explique Sue Duguay, présidente de la FJFNB. Ce à quoi elle ajoute :  « Nous appuyons cette initiative car la baisse des frais de scolarité a été mis de l’avant par nos membres à notre Assemblée générale annuelle de 2016. »

Si passé le délai de samedi, l’Université de Moncton demeure muette quant aux frais de scolarité après la première année de  l’entente, les deux organismes devront en venir à la conclusion que cette dernière s’attend à suivre l’exemple de UNB et augmenter massivement ses frais de scolarité pour les nouveaux étudiant.e.s.

-30-

Pour informations ou entrevues:
Marc-Samuel Larocque | Agent de communication
506-863-9436 | Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. |  www.feecum.ca
Fédération des étudiantes et des étudiants du Campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM)

Nous joindre

Heures de bureau de la FÉÉCUM
De 8h à 16h du lundi au vendredi
Local B-101 du Centre étudiant

Adresse postale
La Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton
Centre étudiant
Centre universitaire de Moncton
Moncton, NB
E1A 3E9

Téléphone: 506-858-4484
Télécopieur: 506-858-4503