Suite à sa sortie de samedi, où elle dénonçait les changements aux Principes directeurs du budget de l'Université de Moncton pour 2018-2019, la Fédération des étudiantes et des étudiants du Campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM) se doit de revenir à la charge en raison d’informations partagées à la réunion du Conseil des gouverneurs (CGV) du 9 décembre.

Le vice-recteur à l'administration et aux ressources humaines, Edgar Robichaud, a fourni des détails sur l’entente pluriannuelle que l’Université devrait bientôt signer avec le gouvernement. M. Robichaud soutient que le gouvernement acceptera une augmentation de 2% pour la prochaine année, suivie d’augmentations de 2%, 5% et 5% respectivement.

La Fédération des étudiantes et des étudiants du Campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM) dénonce les changements apportés aux Principes directeurs du budget 2018-2019 de l’Université de Moncton.

Dans les Principes directeurs des budgets précédents, l’Université affirmait sa volonté de « Prioriser l’accès aux études universitaires en gardant au minimum l’augmentation des
droits de scolarité [...] ». Elle dit désormais chercher à « Prioriser l’accès aux études universitaires en assurant des droits de scolarité compétitifs [...]. ».

Le président de la FÉÉCUM, Tristian Gaudet, s’inquiète de ce changement, qui va dans le sens des informations reçues par la Fédération depuis quelques années déjà, comme quoi l’administration souhaiterait rendre les droits de scolarité annuels (5830$) comparables à ceux d’autres universités, dont Mount Allison (7995$) et l’Université du Nouveau-Brunswick (6626$).

Le 27 septembre 2017

La Fédération des étudiantes et des étudiants du Campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM) et l’Association des étudiantes et des étudiants internationaux du Campus de Moncton (AÉÉICUM) font conjointement une sortie publique afin de demander au gouvernement de permettre sans tarder aux étudiant.e.s internationaux d’accéder au régime provincial d’assurance-santé.

En février dernier, le gouvernement provincial avait promis que les étudiant.e.s internationaux serait couvert par le régime provincial. Or, l’année universitaire est débutée depuis déjà plusieurs semaines et cette promesse n’est toujours pas réalisé.

Le 23 août 2017

#ConsentementUdeM

À l’approche de la rentrée universitaire 2017-2018, la Fédération des étudiants et des étudiantes du campus universitaire de Moncton, le Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick et le Carrefour pour femmes unissent leurs voix afin de lancer une campagne qui vise à sensibiliser la population étudiante aux fléaux que sont le harcèlement et la violence à caractère sexuel.

Les recherches démontrent clairement que les étudiantes de première année universitaire sont plus à risque de subir une violence sexuelle au cours de leurs huit premières semaines d’université. Il est donc primordial que l’on crée un climat sécuritaire dès la rentrée, qui se déroulera au cours des prochaines semaines.

La Fédération des étudiants et des étudiantes du Centre universitaire de Moncton (FÉÉCUM) dénonce la décision du conseil des gouverneurs d’augmenter les frais de scolarité de 2% pour la prochaine année.

Le président de la FÉÉCUM, Tristian Gaudet, déplore que l’Université de Moncton mette encore une fois un poids financier supplémentaire sur les épaules des étudiantes et des étudiants.

Le 18 avril 2017

La Fédération des étudiants et des étudiantes du Campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM) lance aujourd’hui sa campagne « #Monstagemeruine » afin de sensibiliser la population et le gouvernement au problème que sont les stages non-rémunérés.

« Les stages non-rémunérés sont un fardeau financier supplémentaire sur les épaules de bon nombre d’étudiants, souligne le président de la FÉÉCUM, Tristian Gaudet. Étant obligatoires dans plusieurs domaines d’études afin de recevoir son diplôme, ces semaines et mois de travail bénévole coutent très cher pour certains étudiants, qui doivent également payer leurs frais de scolarité à temps complet. »

La Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM) ajoute sa voix à la vague d’opposition des institutions et des organismes envers la privatisation des services dans les hôpitaux, envisagée par le gouvernement du Nouveau-Brunswick.

La Fédération étudiante condamne le réflexe du gouvernement provincial de privatiser des services en réponse aux problèmes qu’il doit solutionner, et selon la présidente de la FÉÉCUM, Roxann Guerrette, pas seulement parce que c’est essentiellement refiler le problème à quelqu’un d’autre.

Les nouveaux membres du conseil exécutif de la Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM) débuteront bientôt leur mandat pour la prochaine année académique. Pendant deux jours consécutifs, les étudiant.e.s du campus de Moncton ont exercé leurs droits démocratiques par l’entremise d’Internet, une stratégie qui assure l’accès au vote à un plus grand nombre de membres, maximisant ainsi la participation aux élections de la Fédération étudiante. Cette année, 1418 étudiant.e.s ont voté, représentant 45,2% de la masse étudiante, un nouveau record en termes de taux (le record précédent de 44,15% date de 2006).

L’exécutif de la Fédération est composé de quatre étudiant.e.s et étudiantes élu.e.s par ses membres. Le conseil exécutif 2017-2018 de la FÉÉCUM est composé de :

La FÉÉCUM applaudit l’écoute que le gouvernement a prêtée à ses recommandations

Suite aux annonces faites aujourd’hui par le gouvernement du Nouveau-Brunswick au sujet du nouveau Programme d’allègement des droits de scolarité pour la classe moyenne, la Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM) se réjouit de l’attention donnée à ses recommandations quant au financement des études alors que la province fait trois ajouts importants à ses programmes d’aide financière, mesures qui pourraient faire grimper le nombre d’étudiant.e.s néo-brunsickois.e.s bénéficiaires d’un tiers de ceux et celles qui font une demande d’aide financière à plus de trois-quarts. Plusieurs éléments retiennent l’attention :

Une autre recommandation de la FÉÉCUM se retrouve parmi les nouveaux programmes du NB

La Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM) applaudit l’annonce faite aujourd’hui par le gouvernement du Nouveau-Brunswick que les étudiant.e.s issu.e.s de l’international auront désormais accès à l’assurance-santé provinciale, une recommandation faite par la Fédération dans son plus récent document de lobbying à l’intention du gouvernement. L’initiative devrait aider les étudiants internationaux à compléter leurs études dans nos institutions publiques, et faire le saut plus facilement à la résidence permanente si telle est leur ambition.

La province se vante d’un pour cent d’augmentation au financement des universités

Suite au dépôt du budget du Nouveau-Brunswick, la Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM) se dit incapable d’applaudir la faible augmentation au financement des universités vu le retard substantiel du gouvernement dans ce dossier. Les 10 millions de dollars que les universités du Nouveau-Brunswick devront se partager cette année (45 millions $ sur 4 ans), dont la moitié doit être utilisée pour des nouveaux projets pilotes, ne représentent, en fait, qu’un seul pour cent d’augmentation du financement de l’Université de Moncton, après plusieurs années de gel à 0%. La Fédération étudiante maintient que ce 1% ne subviendra pas aux besoins des institutions universitaires et précipitera une autre augmentation des droits de scolarité

Un document et une série de vidéos expliquent les revendications du mouvement étudiant

La Fédération des étudiantes et des étudiants du Campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM) lance aujourd’hui ses sept grandes recommandations au gouvernement du Nouveau-Brunswick afin d’améliorer le sort des étudiants de la province à divers niveaux. Du même coup, la FÉÉCUM lance une série de vidéos pour expliquer ses revendications, dont la première est déjà en ligne.

La FÉÉCUM cherche cependant une équité entre les étudiants canadiens et internationaux

Suite au dépôt du budget de l’Université de Moncton, la Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM) n’exprime aucune surprise quant à la décision du Conseil des Gouverneurs de l’Université de Moncton d’augmenter les droits de scolarité de 2%, seuil établi par le gouvernement du Nouveau-Brunswick à son dernier budget (c’est donc une augmentation de 112$ pour les Canadiens, et de 205$ pour les internationaux). Tout de même, la Fédération étudiante a tenté, sans succès, d’au moins limiter l’augmentation imposée aux étudiants internationaux au même montant (et non taux) que les Canadiens et ce, selon la volonté de son Assemblée générale.

La FÉÉCUM applaudit l’initiative, mais rappelle qu’il reste du travail à faire

14 avril 2016 : Suite à l’annonce du gouvernement du Nouveau-Brunswick que les étudiant.e.s issu.e.s de familles dont le revenu annuel est en deçà de 60 000$ par année, la Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM), dont une des priorités est l’accessibilité aux études, se dit heureuse de voir le problème de l’endettement excessif adressé pour les cohortes universitaires à venir, mais rappelle que la source du problème, et de plusieurs autres, reste le sous-financement de nos universités.

L’AEFSUM dresse un portrait alarmant de la détérioration de l’expérience universitaire

Le mardi 12 avril, l’Association étudiante de la Faculté des Sciences de l’Université de Moncton (AEFSUM) envoie une lettre ouverte à plus de 235 député.e.s et autres intervenant.e.s influent.e.s pour les informer quant à la véritable crise causée par le sous-financement des universités de la province, en particulier en ce qui a trait aux Sciences, pourtant un des domaines les plus en ligne avec l’innovation que l’équipe Gallant prétend privilégier. Cette initiative est lancée suite à la mobilisation étudiante conduite par la FÉÉCUM la semaine dernière, et en anticipation de l’annonce d’investissements qualifiés d’historiques par le gouvernement du Nouveau-Brunswick.

La FÉÉCUM dénonce le sous-financement des universités avec un geste silencieux mais percutant

Le jeudi 7 avril, la Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM) mobilise un groupe d’étudiant.e.s, se rend avec eux à l’Assemblée législative du Nouveau-Brunswick, et assiste silencieusement à la période de questions portant des chandails à messages percutants pour dénoncer le sous-financement des universités, source de diverses crises, dont l’endettement étudiant, la hausse faramineuse des frais universitaires, et la désagrégation de l’expérience éducative.

La FÉÉCUM dénonce la situation et demande aux gouvernements de s’engager à la renverser

Le mardi 29 mars, la Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM) et l’Université de Moncton signaient un protocole d’entente visant la création d’un fonds de bourse pour les étudiant.e.s devant faire des stages de longue durée non rémunérés. La Fédération étudiante envoie du même coup des lettres aux Premiers Ministres du Nouveau-Brunswick et du Canada pour que leurs gouvernements règlent la situation une fois pour toute, surtout que la vaste majorité de ces stages relèvent de la fonction publique.

Ce mardi 29 mars à 11h30 aux bureaux de la Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM; B-101 du Centre étudiant), les médias sont convoqués à la signature d’un protocole d’entente visant la création d’un fonds de bourse pour les étudiant.e.s en stages non rémunérés  en présence du président de la FÉÉCUM, M. Pascal Haché, du Recteur de l’Université de Moncton, M. Raymond Théberge, et de leurs équipes respectives.

L’Université en profitera pour également applaudir leur contribution financière aux projets du budget participatif de la FÉÉCUM, et la Fédération étudiante dévoilera les autres éléments de son plan pour militer contre les stages non rémunérés.
Ce jeudi 17 mars, les étudiants de l’Université de Moncton, Campus de Moncton, auront un nouveau bar étudiant alors que « Le Coude », à l’intérieur du Centre étudiant, ouvre ses portes avec un look rafraichi et moderne. Les médias intéressés à capturer sons et images et/ou parler à des intervenants, sont invités à la coupe officielle du ruban entre 19h et 21h, en compagnie de M. Pascal Haché, président de la Fédération des étudiants et étudiantes du Centre universitaire de Moncton (FÉÉCUM), et des membres de son Conseil d’administration.

« Le Coude » est nommé d’après l’appellation originale de la ville de Moncton. L’espace a subi des rénovations majeures dans la dernière année, mais est ouvert depuis le lundi 14 mars pour que les étudiant.e.s puissent déjà profiter de son ambiance.
Les nouveaux membres du conseil exécutif de la Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM) débuteront bientôt (le 1er avril 2016) leur mandat pour la prochaine année académique. Pendant deux jours consécutifs, les étudiant.e.s du campus de Moncton ont exercé leurs droits démocratiques par l’entremise d’Internet, une stratégie qui assure l’accès au vote à un plus grand nombre de membres, maximisant ainsi la participation aux élections de la Fédération étudiante. Cette année, 1337 étudiant.e.s ont voté, représentant 41% de la masse étudiante, un nouveau record en termes de taux (le précédant se chiffrant à 37,44% avec 1375 étudiant.e.s votant en 2008). Le président d’élection, Sébastien Lord remet le crédit aux candidat.e.s : « Ils et elles ont fait belle campagne et ont su éveiller les esprits et allumer les passions quant à des dossiers chauds auxquels la Fédération doit s’attaquer. »

L’exécutif de la Fédération est composé de quatre étudiant.e.s et étudiantes élu.e.s par ses membres. Le conseil exécutif 2016-2017 de la FÉÉCUM est composé de :

-    Roxann Guerrette à la présidence ;
-    Firas Salti à la vice-présidence académique ;
-    Tristian Gaudet à la vice-présidence exécutive, et ;
-    Alexandre Cédric Doucet à la vice-présidence interne.

La FÉÉCUM est l’organisme qui rallie tous les étudiant.e.s de l’Université de Moncton, Campus Moncton, représentant ainsi environ 3300 membres annuellement. Parmi les plus importants dossiers pour lesquels le nouvel exécutif vient d’être mandaté, on compte une le dossier d’un ombudsman universitaire, les stages non-rémunérés, et la lutte contre la hausse des droits de scolarité et contre l’endettement.

Le mandat des nouveaux élus débute le 1er avril prochain.
-30-

IMPORTANT :
D’ici le 1er avril, le porte-parole attitré de la Fédération reste le président 2015-2016, M. Pascal Haché. La FÉÉCUM n’accordera d’ici là aucune entrevue officielle avec les élus qui n’entrent en poste qu’en cette date.

Statistiques

Nous joindre

Heures de bureau de la FÉÉCUM
De 8h à 16h du lundi au vendredi
Local B-101 du Centre étudiant

Adresse postale
La Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton
Centre étudiant
Centre universitaire de Moncton
Moncton, NB
E1A 3E9

Téléphone: 506-858-4484
Télécopieur: 506-858-4503