La Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton

revue103

Revue de presse du 6 au 19 mars par Raymond Blanchard, agent de recherche et projets; aucune position officielle du C.A. de la FÉÉCUM ne devrait en être interprétée.

En espérant que vous ayez passé une agréable semaine de relâche, sans que votre zen ait été ruiné au retour, voici venu le moment de reprendre notre examen de l’actualité qui, pour sa part, n’a certainement pas fait relâche au cours des deux dernières semaines…

Pendant congé de mars, toute l’actualité ou presque fut dominée par la crise des courriels à l’Université de Moncton. Inutile de revenir sur le sujet ici, que nous avons déjà amplement développé (FÉÉCUM et FÉÉCUM). Toutefois, si vous ne savez absolument pas de quoi je parle, je vous invite à lire la chronique de François Gravel sur la question (Acadie Nouvelle). Gravel n’est pas de ceux qui critiquent indûment ou qui louangent sans raison, alors c’est toujours intéressant de lire sa version des événements.

Et depuis, essentiellement, il n’y a pas eu de nouveau : les attaques se poursuivent même si l’Université parvient désormais à les bloquer, et le suspect identifié dans l’affaire court toujours. On présume que la GRC poursuit son enquête, mais aucun développement n’a été rapporté.

Autrement, l’ABPPUM a également fait savoir – au plus fort de la crise – qu’elle songeait à déclencher une grève (Radio-Canada), pour adopter à 97% la dernière offre de l’Université quelques jours plus tard (Radio-Canada). Bref, on va combler une parte de l’écart salarial avec les profs des universités anglophones du N-B – l’augmentation sera de 4,25% d’ici 2019, rétroactive à juillet 2016 – et il n’y aura pas de grève à l’U de M. Il va falloir se pencher là-dessus évidemment, mais les détails manquent encore.

Ensuite, la question du coût élevé des résidences de l’Université de Moncton, qui affichent par ailleurs un taux d’occupation moyen de 80% alors que plusieurs autres universités de l’Atlantique ont un taux d’occupation qui tourne généralement autour de 90%, a été soulevée. Des étudiant.e.s ont soulevé le coût moins élevé de la vie en appartement hors-campus, particulièrement en colocation (Radio-Canada). L’Université a affirmé que ce taux de 80% est dans la norme et que des augmentations de coûts entre 0% et 1% sont prévues pour l’année prochaine, suivant l’indice des prix à la consommation.

Enfin, la présidente de la FÉÉCUM a été questionnée sur ce que signifie être une femme en 2017 – à l’occasion de la journée internationale des femmes, le 8 mars – ce à quoi elle a répondu assez directement : « Être femme en 2017, qu’est-ce que ça veut dire? Je ne sais pas, je n’ai jamais été un homme ». Soulignant le progrès accompli par sa génération, elle a ajouté avoir espoir dans l’avenir malgré les inégalités qui persistent (Acadie Nouvelle).

Pour ce qui est du retour à la normale maintenant, des données récentes émanant de Statistique Canada confirment que les milléniaux forment la génération la plus éduquée dans l’histoire du pays, mais qu’ils souffrent d’un taux de chômage deux fois plus élevé que la moyenne nationale et sont fréquemment surqualifiés pour les emplois qu’ils occupent (Radio-Canada). Rien de bien neuf en l’occurrence, mais tout de même des chiffres mis à jour qui exposent les défis importants de la génération qui représente la relève des baby-boomers.

On apprend aussi que la province du N-B s’apprête à réviser la Loi sur les droits de la personne pour y inclure la protection contre la discrimination fondée sur l’identité de genre et le statut familial. L’objectif poursuivi est de mieux protéger les personnes transgenres et les familles monoparentales (Acadie Nouvelle).

Il faut dire que la Loi n’a pas été mise à jour depuis environ 40 ans, et qu’une petite cure de jeunesse ne fera qu’aider à assurer sa pertinence et son efficacité. Remarquez, le vote sur le projet de loi pourrait donner droit à des débats intéressants à la Législature : ce sera certainement l’occasion de voir à quel point les mentalités ont évolué. Mais en année électorale, des fois…

Parlant d’année électorale, saviez-vous que le Premier ministre s’est fiancé (Acadie Nouvelle)? Le parti libéral, sans doute pour célébrer l’événement, a invité la population à faire parvenir des messages de félicitations aux deux tourtereaux, tout en prenant bien soin d’ajouter l’adresse courriel des envoyeurs à sa liste d’envoi pour les messages partisans…

L’amour, ça donne des ailes! Ou des votes? J’suis plus si certain tout d’un coup…

Qui vivra verra; bonne semaine tout le monde !

Nous joindre

Heures de bureau de la FÉÉCUM
De 8h à 16h du lundi au vendredi
Local B-101 du Centre étudiant

Adresse postale
La Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton
Centre étudiant
Centre universitaire de Moncton
Moncton, NB
E1A 3E9

Téléphone: 506-858-4484
Télécopieur: 506-858-4503