La Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton

Ombudsman Encore


Texte de réflexion par Raymond Blanchard, agent de recherche et projets.

Commençons par un soupir d’exaspération collectif.

L’ombudsman à l’U de M, je suis tanné d’en parler. De parler de son absence, vous le devinez; et vous êtes probablement tannés de m’entendre en parler aussi.

Mais nous y voici encore une fois. Pourquoi? Car on ne peut réduire notre vigilance dans ce dossier, encore moins alors qu’il semble sur le point d’aboutir.

Oui oui : j’ai bien dit aboutir!

Bord du gouffre 1

Texte de réflexion par Raymond Blanchard, agent de recherche et projets.

Cette semaine marque le lancement de la campagne #Monstagemeruine, qui vise à sensibiliser le public à la réalité des stages non-rémunérés.

Évidemment, les réactions initiales venant du public varient dépendant de la situation et du vécu de chacun. Si en général les premiers commentaires soutiennent l’initiative, on voit aussi des gens exprimer leur incompréhension face aux revendications des étudiants. C’est pourquoi il semble pertinent de déboulonner certains mythes autour des stages non rémunérés.

Deficit 2

Texte de réflexion par Raymond Blanchard, agent de recherche et projets.

On disait en terminant le dernier billet qu’il va falloir du leadership à l’Université de Moncton, et qu’il faudra certainement encore des sacrifices avant de s’en sortir.

Quant à limiter les hausses de la scolarité, le recteur Théberge affirme que : « Tout le monde fait leur part, le gouvernement fait une certaine contribution au fonctionnement de l’Université, les étudiants […] font leur part aussi. Et je vous rappelle que les droits de scolarité à l’Université de Moncton sont les plus bas dans les Maritimes. »

universite moncton budget

Texte de réflexion par Raymond Blanchard, agent de recherche et projets.

L’Université de Moncton a adopté son budget 2017-2018 en fin de semaine dernière. Le Conseil des gouverneurs a voté en faveur d’une hausse de 2% des droits de scolarité, ainsi qu’un déficit de 669 000$ (Radio-Canada).

Le recteur Raymond Théberge a justifié ce déficit en disant que « le financement [gouvernemental] est inadéquat pour supporter le niveau de services à l’Université de Moncton et la seule façon de rencontrer l’équilibre budgétaire est de réduire le niveau de services ».

LICUM

Dans chaque compétition, il y a de ces candidats malheureux qui participent chaque année, qui font relativement bien, sans pour autant pouvoir prétendre au titre.

Au courant des dernières années, ce fut le cas de la Ligue d'improvisation de l'Université de Moncton (LICUM). Toujours présente, jamais gagnante. On aurait pu croire qu’elle aurait arrêté d’essayer avec le temps, ce qu’elle a d’ailleurs fait dans les dernières années.

Et bien, pour la 12e Coupe FÉÉCUM et son 30e anniversaire, la LICUM a fait un retour à la compétition.

3 mars Revue 2

Revue de presse du 27 mars au 2 avril par Raymond Blanchard, agent de recherche et de projets; aucune position officielle du C.A. de la FÉÉCUM ne devrait en être interprétée.

En cette année du 150e anniversaire de la fondation de notre pays, la CBC a débuté la diffusion d’un docu-drame de 10 épisodes sur l’histoire du Canada, intitulé Canada : The Story of Us. Mais, ô surprise, l’aventure canadienne y débute non pas en Acadie en 1604/1605, mais à Québec en 1608. Sans que ça vous surprenne, vous devinerez que des critiques se sont faites entendre, non sans raison; pas seulement du côté francophone, non plus. L’affaire s’est invité à l’assemblée législative du N-B, à l’initiative du député du Parti Vert David Coon, qui a dénoncé l’absence de Port-Royal ainsi que celle des peuples autochtones avant la colonisation dans le documentaire. La SNA a exigé des excuses (Radio-Canada) et la FANE prévoit aussi agir dans le dossier (Radio-Canada). Même le maire d’Annapolis Royal (née Port-Royal) a chauffé les oreilles du diffuseur public (The Star), au déplaisir de certains. 

La raison évoquée par CBC, malgré le fait que Port-Royal ait été relevée à plusieurs reprises dans la recherche, est que contrairement à Québec, la population qui s’y est installée n’est pas demeurée sur place. En effet, les colons ont dû quitter en 1607 et n’ont réintégré les lieux de manière définitive qu’en 1610 – l’emplacement étant continuellement habité par la suite, en succession par les Anglais et les Français qui se l’échangent à qui mieux-mieux. Mais quelque chose me dit que si Port-Royal avait été fondée par les Britanniques …

Revue de presse 30 mars

Revue de presse du 20 au 26 mars par Raymond Blanchard, agent de recherche et de projets; aucune position officielle du C.A. de la FÉÉCUM ne devrait en être interprétée.

Une nouvelle en particulier paraissait destinée à dominer le cycle médiatique la semaine dernière: le Conseil provincial des personnes d’ascendance africaine du N-B a adressé une lettre ouverte au recteur Raymond Théberge dénonçant le manque de suivi aux demandes faites il y a près d’un an pour l’étude d’allégations de racisme à l’Université (Le Front). Le président du Conseil, le professeur Ibrahim Ouattara, dénonçait l’apathie de l’Université face au racisme et son manque d’actions concrètes malgré une abondance de beaux discours (Radio-Canada). l’Université a réagi (via un bref message) à la nouvelle, mais le dossier a fini par disparaitre sans trop faire de bruit par la suite.

Le recteur a rencontré M. Ouattara et ce dernier a dit que les échanges avaient été positifs, et que M. Théberge s’était montré ouvert à travailler en collaboration afin de faire changer les choses (Radio-Canada).

See no evil UdeM

Texte de réflexion par Raymond Blanchard, agent de recherche et projets.

L’Acadie – tout comme le Canada -  est reconnue comme une terre d’accueil exceptionnelle, vantée pour l’ouverture d’esprit de ses citoyens et de ses institutions, de même que pour ses valeurs de multiculturalisme. Vous avez déjà entendu cette salade à n’en pas douter : nous l’exportons à la tonne. C’est une stratégie de marketing, fondée il est vrai sur des principes enchâssés dans la Constitution. Malheureusement, ce ne sont pas tous les Canadiens qui ont lu ou qui en appliquent les principes au quotidien.

revue103

Revue de presse du 6 au 19 mars par Raymond Blanchard, agent de recherche et projets; aucune position officielle du C.A. de la FÉÉCUM ne devrait en être interprétée.

En espérant que vous ayez passé une agréable semaine de relâche, sans que votre zen ait été ruiné au retour, voici venu le moment de reprendre notre examen de l’actualité qui, pour sa part, n’a certainement pas fait relâche au cours des deux dernières semaines…

Pendant congé de mars, toute l’actualité ou presque fut dominée par la crise des courriels à l’Université de Moncton. Inutile de revenir sur le sujet ici, que nous avons déjà amplement développé (FÉÉCUM et FÉÉCUM). Toutefois, si vous ne savez absolument pas de quoi je parle, je vous invite à lire la chronique de François Gravel sur la question (Acadie Nouvelle). Gravel n’est pas de ceux qui critiquent indûment ou qui louangent sans raison, alors c’est toujours intéressant de lire sa version des événements.

repas hopital

La Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM) ajoute sa voix à la vague d’opposition des institutions et des organismes envers la privatisation des services dans les hôpitaux, envisagée par le gouvernement du Nouveau-Brunswick.

dessindegreve

Texte de réflexion par Raymond Blanchard, agent de recherche et projets.

L’ABPPUM a fait une sortie médiatique il y a quelques jours pour annoncer le vote de grève qu’elle compte tenir les 14 et 15 mars prochain. Le président de l’ABPPUM Étienne Dako était à l’émission le Réveil de Radio-Canada du 2 mars dernier pour discuter de la question (Radio-Canada).

Le moment semblait bien mal choisi : vous vous souviendrez que le 2 mars dernier, on était au plus fort de la crise des courriels (Radio-Canada). OK bon, l’ABPPUM – tout comme la FÉÉCUM – a pour but premier de faire valoir les intérêts de ses membres. Ça explique que l’on puisse avoir des points de vue différents sur un même enjeu sans que ça n’obscurcisse notre capacité à faire front commun au besoin. On peut penser au besoin d’un ombudsman, par exemple, même si notre interprétation du rôle de cette personne peut varier (Radio-Canada).

systemfail

Texte de réflexion par Raymond Blanchard, agent de recherche et projets.

Bon c’est ben beau le silence (croyez-moi : j’ai deux enfants), mais là y’en a marre.

On a beau comprendre les vertus de la patience et de la collaboration, mais ce n’est pas un concept à sens unique : il faut qu’il y ait un minimum de réciprocité pour que la collaboration se maintienne. On s’est tenus tranquilles « le temps que ça passe », mais à l’évidence, le nécessaire n’est pas fait pour remédier au problème.

verredeau

Les rumeurs courent encore par rapport aux « courriels malveillants », certains de la bouche du Président de l’Association des Bibliothécaires et Professeur.e.s de l’Université de Moncton (ABPPUM) qui mésinformait le public ce matin au Réveil à la radio de Radio-Canada, et ce malgré le fait que l’Université nous garde au courant avec un courriel quotidien. Oui, un seul courriel quotidien. Et ce n’est évidemment pas assez.

Disons-le, ici à la FÉÉCUM, on est extrêmement frustré de la réaction de l’Université et de ses capacités de gestion de crise. Si même ils y voient une « crise ».

Feecum2017 2018

Les nouveaux membres du conseil exécutif de la Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM) débuteront bientôt leur mandat pour la prochaine année académique. Pendant deux jours consécutifs, les étudiant.e.s du campus de Moncton ont exercé leurs droits démocratiques par l’entremise d’Internet, une stratégie qui assure l’accès au vote à un plus grand nombre de membres, maximisant ainsi la participation aux élections de la Fédération étudiante. Cette année, 1418 étudiant.e.s ont voté, représentant 45,2% de la masse étudiante, un nouveau record en termes de taux (le record précédent de 44,15% date de 2006).


Manqué le débat électoral animé par CKUM? Le voici. Ci-haut, le débat à la présidence entre Tristian Gaudet et Serge Abié Zably. Ci-dessous, le débat à la vice-présidence interne entre Pascale Joëlle Fortin et Olivier Hussein, et le débat à la vice-présidence académique entre Francis Bourgoin et Jacques-Roch Gauvin. À noter que le seul candidat à la vice-présidence exécutive, Alexandre Cédric Doucet n'était pas présent (hors province pour la FÉÉCUM).

rox annonce

La FÉÉCUM applaudit l’écoute que le gouvernement a prêtée à ses recommandations

Suite aux annonces faites aujourd’hui par le gouvernement du Nouveau-Brunswick au sujet du nouveau Programme d’allègement des droits de scolarité pour la classe moyenne, la Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM) se réjouit de l’attention donnée à ses recommandations quant au financement des études alors que la province fait trois ajouts importants à ses programmes d’aide financière, mesures qui pourraient faire grimper le nombre d’étudiant.e.s néo-brunsickois.e.s bénéficiaires d’un tiers de ceux et celles qui font une demande d’aide financière à plus de trois-quarts. Plusieurs éléments retiennent l’attention :

gallant annonce

Une autre recommandation de la FÉÉCUM se retrouve parmi les nouveaux programmes du NB


La Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM) applaudit l’annonce faite aujourd’hui par le gouvernement du Nouveau-Brunswick que les étudiant.e.s issu.e.s de l’international auront désormais accès à l’assurance-santé provinciale, une recommandation faite par la Fédération dans son plus récent document de lobbying à l’intention du gouvernement. L’initiative devrait aider les étudiants internationaux à compléter leurs études dans nos institutions publiques, et faire le saut plus facilement à la résidence permanente si telle est leur ambition.

revue102

Revue de presse du 13 au 19 février par Raymond Blanchard, agent de recherche et projets; aucune position officielle du C.A. de la FÉÉCUM ne devrait en être interprétée.

Le dossier de la semaine fut celui de la grève du zèle qui se poursuit chez les enseignants de la Nouvelle-Écosse, et qui affecte les stages d’étudiants dans les facultés d’éducation des universités de cette province. Le gouvernement a proposé en début de semaine un projet de loi qui doit imposer au syndicat des enseignants un nouveau contrat de travail (Radio-Canada), qui en était dimanche l’étape de la troisième – et dernière – lecture et devrait entrer en application lundi. La mesure a poussé le syndicat à déclarer une journée de grève générale des enseignants, une première dans l’histoire de la province (Radio-Canada). Il est attendu que les classes reprennent leur cours normal lundi 20 février.

seedsnb

Texte de réflexion par Raymond Blanchard, agent de recherche et projets.

Vous vous souviendrez que, l’automne dernier, le ministre de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail (MEFT) Donald Arseneault disait contempler des changements au programme SEED qui venait tout juste d’être remanié par le gouvernement (SEED).

Nous avions formulé quelques mises à garde à l’époque (FÉÉCUM) qui, à notre surprise admettons-le, semblent avoir été prises en considération.

revue101

Revue de presse du 6 au 12 février par Raymond Blanchard, agent de recherche et projets; aucune position officielle du C.A. de la FÉÉCUM ne devrait en être interprétée.

C’était semaine de dépôt du budget au N-B, un budget que plusieurs ont trouvé relativement timide, surtout après deux années de « décisions difficiles » (Acadie Nouvelle). Dans le cas des institutions d’enseignement postsecondaire, il y a eu de bonnes nouvelles cependant : le gel des subventions a pris fin (Radio-Canada).

Nous joindre

Heures de bureau de la FÉÉCUM
De 8h à 16h du lundi au vendredi
Local B-101 du Centre étudiant

Adresse postale
La Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton
Centre étudiant
Centre universitaire de Moncton
Moncton, NB
E1A 3E9

Téléphone: 506-858-4484
Télécopieur: 506-858-4503