La Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton

edsub7up

L'Université de Moncton aurait fait un pas dans la bonne direction hier soir an n'arrêtant pas un geste de mécontentement étudiant commis par le Conseil d'administration de la FÉÉCUM. Suite à un vote sur la question à sa réunion précédente, le C.A. s'est réuni au Soixante-Trois pour sa réunion bimensuelle, un événement approvisionné en nourriture par un traiteur extérieur en dépit des règlements universitaires et des contrats signés par l'Université (avec Chartwell's et Coca-Cola), contrats que les étudiants n'ont jamais pour autant signés. Ce qui n'est pas différent des pratiques de bien des membres de la communauté universitaire!

residence

par Raymond Blanchard, agent de recherche et projets

Lors de la réunion du Conseil des gouverneurs du samedi 29 novembre, une hausse des tarifs pour les résidences universitaires a été approuvée. En 2013-2014, il en coûtera un peu plus cher d’habiter dans un logement étudiant géré par l’UdeM. À moins que vous ayez vos pénates à Lafrance, ou dans les appartements à 2 chambres rue Morton ou McLaughlin, votre facture augmentera de 58$ à 115$ à compter de la prochaine rentrée.

revue30

par Raymond Blanchard, agent de recherche et projets

L’association des professeurs d’UNB est passée près de tenir un vote de grève tôt la semaine prochaine, ce qui aurait bien pu déboucher sur une première grève des professeurs dans l’histoire de l’institution (Radio-Canada). L’association des profs, sans contrat de travail depuis mars 2012, exige entre autres la parité salariale avec leurs homologues d’ailleurs au pays. Afin d’éviter le grabuge, le ministre de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail, Jody Carr –qui avait annoncé à l’origine son intention de ne pas intervenir- a nommé on médiateur pour rapprocher l’université et l’association (Radio-Canada). La grève, nous dit-on vendredi, serait désormais évitée (Radio-Canada) au moins jusqu’au 2 janvier, soit après la période des examens de fin de session.

coupefeecum9-3-1

C'était hier soir que se déroulait la 3e épreuve de la Coupe FÉÉCUM, un trivia d'observation qui demandait aux équipes d'utiliser tous leurs sens et capacités de mémorisation pendant un vernissage à la Galerie Triangle du Pavillon des Beaux-Arts - arts visuels, musique, bouffe, même les interventions orales des organisateurs - tout était sur le test! C'était une belle opportunité pour plusieurs des groupes de découvrir nos artistes étudiant.e.s et l'espace dans lequel ils et elles exposent régulièrement des œuvres. Et bien sûr pour faire des points au classement de la Coupe FÉÉCUM, et pour une des équipes, d'aussi gagner une œuvre crée par notre propre VP interne, Emilie Haché qui prend justement un cours d'art visuel présentement. En tout cas, ça s'en vient serré!

chefspartis

par Raymond Blanchard, agent de recherche et projets

Le sort en est jeté, comme disait César. Il y a de cela quelques jours, je vous disais que j’allais revenir avec un blogue qui donne un aperçu des enjeux politiques qui devraient dominer la campagne électorale qui s’amorce en vue des élections provinciales de l’automne 2014. Les grandes lignes deviennent plus claires de jour en jour, les enjeux privilégiés des politiciens se révèlent.

recyclage

Selon les changements portés cette année à notre Politique verte (dont la version finale devrait être votée au prochain C.A.), la FÉÉCUM « s’engage à prendre position sur les divers enjeux environnementaux de nature régionale, provinciale et fédérale. » Le Conseil d'administration s'est justement penché sur la question. Sur quels enjeux environnementaux la Fédération devrait-elle prendre position? Et quelle position, tant qu'à ça?

63vide

Le Front du 6 novembre dernier
 faisait récemment état de l'insatisfaction des étudiant.e.s par rapport au « resto-lounge » le Soixante-Trois (ok, on est peut-être prêts à abdiquer et l'appeler une cafétéria vu que les organisateurs d'activité la fuie de plus en plus en faveur du Coude), et pour ceux et celles qui travaillent au Centre étudiant, ou fréquentent l'édifice souvent, c'est une frustration quotidienne. Presque trois mois après l'ouverture, on aurait cru que le « déboguage » serait fini, que les employé.e.s adresseraient toujours la clientèle en français, qu'un menu et affichage clairs soient fournis (ou du moins que les employé.e.s en soient au courant), que les repas seraient adaptés au budget étudiant, que le nettoyage soit fait systématiquement, qu'il y ait des espaces d'affichage pour les activités étudiantes, que le service de traiteur soit fonctionnel, etc. La majorité de ces problèmes persistent, malgré les plaintes quotidiennes qui s'abattent sur le bureau du Service alimentaire. Au mieux, l'expérience Soixante-Trois est ACCEPTABLE. Du moins, de 8h30 à 16h30 quand les employés de l'Université le fréquenteraient. Quelle est la situation après les heures de bureau? Nous avons envoyé de nos employés aux soupers et aux heures de fin de semaine pour vivre l'expérience et sonder les étudiant.e.s en résidence qui sont obligés d'y manger. Les résulats sont plutôt désopilants.

revue29
par Raymond Blanchard, agent de recherche et projets

Je ne vous avais pas oublié : j’attendais simplement que les nouvelles se produisent! Et je vous avouerai que je fais cet exercice plus par principe que par nécessité, car il ne s’est pas passé grand-chose dans le monde de l’éducation ces dernières semaines.

Le 12 novembre dernier, L’Étoile nous apprenant que Brian Gallant a déclaré au congrès du parti libéral qu’il compte faire de l’éducation une priorité, en «misant sur l’éducation et le développement des compétences pour relancer la province» (L’Étoile). LA nouvelle n’a été reprise par personne d’autre, ce qui soulève d’emblée des doutes. Comme de fait, quelques jours plus tard, une annonce faite sur le site du parti libéral (Parti libéral du N-B) indique que les priorités électorales de Gallant pourraient bien se trouver ailleurs. On vous revient avec cela dans un blog cette semaine, étant donné que tous les partis (oui, Alliance, toi inclus: astheure parle) dévoilent graduellement leurs programmes.

kachomort
par Raymond Blanchard, agent de recherche et projets

Vous dont les globes oculaires parcourent avec régularité ces pages, savez probablement que je m’y adonne régulièrement à mon plaisir coupable pour les néologismes. Qu’est-ce donc que l’agnostalgie? Voilà, c’est un simple mot-valise combinant agnostisme et nostalgie, et signifiant, en somme, une philosophie interdisant d’exprimer de la nostalgie pour ce que l’on n’a ni connu ni vécu.

Parfait exemple : le Kacho.

Le mot évoque – même chez ceux qui n’ont pas la moindre idée de l’endroit où l’ancien bar étudiant se trouvait dans la cave de Taillon – l’énergie créative, l’imagination débridée, l’expression parfaitement libre de l’être étudiant.

robford
par Raymond Blanchard, agent de recherche et projets

Pensez à ce qui vous agace le plus présentement. À en bouillir de rage :

ROB FORD!!! (On obtient le même effet en substituant YVON FONTAINE!!!)

Et voilà; de quoi on parlait, encore?

execs201314
La FÉÉCUM prépare présentement des propositions de changements constitutionnels en vue du Sommet sur la gouvernance de la Fédération en janvier, changements qui pourraient se retrouver en référendum à ses prochaines élections générales. Parmi les changements - et nous auront occasion d'en parler davantage plus tard à mesure que ça se cristallise - un pouvoir accrue de l'Assemblée générale (et donc des A.G. plus fréquentes), des principes directeurs plus clairs, et une démocratie renforcée au Conseil d'administration. Dans le dernier cas, le C.E. et le C.A. ont décidé de mettre certains de ces changements à l'essai, et ce, dès la réunion du Conseil d'Administration de lundi dernier.

nouveausite
Nous travaillons là-dessus depuis cet été, et sommes finalement prêts à lancer le nouveau site Internet de la FÉÉCUM. En plus d'un graphisme plus moderne, le site est plus facile à naviguer, avec un engin de recherche qui fouille toutes les pages, articles de blogue et événements de calendrier. Parce que oui, le blogue y est transposé, ce qui veut dire que bien que nous n'allons pas effacer l'Info-FÉÉCUM, il ferme ses portes et ses articles (passés et futurs) se retrouveront sur le nouveau feecum.ca.

pasdidee
par Raymond Blanchard, agent de recherche et projets

Pour une minute, imaginez la politique comme une partie de poker.

Soit dit en passant, je n'ai par la moindre idée des rudiments du jeu et le portrait que je vais brosser puise plus chez Lucky Luke que dans la réalité. Vous savez, quand une carte tombe de la manche d'un des joueurs, et qu'un autre flippe la table en brandissant sa pétoire?

C'est presque ridicule, mais le parallèle semble intéressant, et l'image, féconde.

revue28

par Raymond Blanchard, agent de recherche et projets

Le discours du Trône, qui établit le programme de la nouvelle session de la législature provinciale, a été prononcé lundi à Fredericton. Sans qu’on s’en étonne, l’économie et le développement des ressources naturelles sont au cœur du discours (L’Acadie Nouvelle). Mais de-ci, de-là, d’autres bribes d’information juste assez vague ont visé à peu près tous les groupes d’intérêt du N-B, poussant notamment le chef libéral Brian Gallant à déclarer que le gouvernement a trop de priorités pour qu’on les prenne au sérieux, que ce discours du Trône avait d’abord des visées électorales.

C’est certain que dévoiler un plan de redressement général à la dernière année d’un mandat, ça ne fait pas très sérieux.

revue27
par Raymond Blanchard, agent de recherche et projets

Non pas une, mais deux annonces cette semaine ont affecté de façon importante l’éducation postsecondaire. Tu sais, pendant la semaine où les étudiants sont pas là ni pour écouter ni pour critiquer. Drôle d’adonnance!

Les voici, si vous les avez manquées :

mrc uni financement1-642x385

Le problème s’empire au lieu de se régler, selon la FÉÉCUM


Suite à l’annonce du gouvernement du Nouveau-Brunswick d’une entente pluriannuelle pour le financement des universités, la Fédération des étudiantes et étudiants du campus universitaire de Moncton (FÉÉCUM) s’insurge contre le manque de vision accablant de la province. Les universités pourront maintenant prévoir une hausse de financement de 2% par année les prochains deux ans, et une hausse de 3% des droits de scolarité par année pour les prochains trois ans.

senatcanadien
par Raymond Blanchard, agent de recherche et projets

Quand une craque assez grosse pour laisser passer Mike Duffy s’ouvre dans la façade du pouvoir conservateur, aucun doute ne persiste quant à savoir si le Premier ministre tient son caucus un petit peu trop serré.

Hmmmmphhhiihihihihihi!!! Bon, OK, on repart :

Le processus est familier, on l’a vu se produire ici à l’Université de Moncton; quand un individu en position de pouvoir cherche à imposer par des mesures institutionnellement ‘‘justifiables’’ son contrôle sur tous les aspects du processus dont il devrait en fait être le gardien et le porte-parole, éventuellement, soit la pression exercée génère la fuite d’information, soit un changement de direction ouvre les portes sur l’arcane.

revue26

par Raymond Blanchard, agent de recherche et projets

Des recommandations ont été soumises à l’examen du Sénat académique de l’UdeM cette semaine quant à l’abandon de plusieurs programmes (L’Acadie Nouvelle). Un comité du Sénat doit maintenant en examiner le contenu et entendre la réponse des responsables des programmes concernés. Professeurs et étudiants, par la voix de leur représentants, laissent entendre leur désaccord avec l’idée d’abandonner des programmes sous prétexte d’un faible taux de diplomation (L’Acadie Nouvelle) et d’une faiblesse au niveau de critères comme «la valeur sociale», dont la mesure, pour Marie-Noëlle Ryan, tient du mystère. Kevin Arseneau déplore pour sa part le fait que les programmes sous la menace du couperet sont tous du domaine des sciences humaines et sociales; du même souffle il laisse entendre que les efforts de recrutement nécessaires ne sont peut-être pas déployés par l’UdeM pour combler ces lacunes.

campus-nuagespar Raymond Blanchard, agent de recherche et projets

L'Université de Moncton, je ne vous l'apprend pas, a été récemment aux prises avec de fortes critiques à l'égard de la qualité du français chez ses étudiant(e)s et ses diplômé(e)s. Le tout à débuté comme une guerre de clochers entre profs (comme c'est souvent le cas) qui a débordé dans les médias, puis s'est étendue au reste de la communauté. La FÉÉCUM n'a pas été exempte, mais en bout de ligne des actions ont été entreprises pour régler le problème que nous avions soulevé au sein de cette controverse (Info-FÉÉCUM), et qui touchait aux droits des étudiant(e)s plutôt qu' à la question de la qualité de la langue.

Mais cette question demeure. C'est pourquoi le Conseil de la langue française de l'UdeM soumet actuellement à l'opinion de la communauté universitaire des trois campus son projet de nouvelles exigences linguistiques (CLF).

actu coupe
Vendredi dernier se déroulait la Course folle, 2e épreuve de la Coupe FÉÉCUM, une course à obstacle à travers le campus qui, annuellement, rend la vie difficile aux participants. Mais rarement autant que cette année. Pour une raison ou une autre - et il faut en rire pour ne pas pleurer - des éléments hors de tout contrôle ont fait de leur mieux pour ajouter à la difficulté, pour ne pas dire complètement dérouter l'événement! Tout d'abord, la météo était atroce, au mieux maussade, au pire comme être sous l'eau. Ensuite, une initiative récente pour les employés de l'Université, un rallye vaguement basé sur l'Amazing Race, a brouillé les cartes pour nos équipes. Plusieurs se sont laissé distraire par des indices et activités destinés à cette course-LÀ! (Leurs enveloppes n'avaient pas été enlevées depuis l'activité qui était le jour précédent.) Et on ajoute à la confusion quand nous avons envoyé les joueurs à un indice en ligne, mais au lieu de voir ceci...

Nous joindre

Heures de bureau de la FÉÉCUM
De 8h à 16h du lundi au vendredi
Local B-101 du Centre étudiant

Adresse postale
La Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton
Centre étudiant
Centre universitaire de Moncton
Moncton, NB
E1A 3E9

Téléphone: 506-858-4484
Télécopieur: 506-858-4503